La cote et Cascais

La route nous rapproche de Lisbonne mais pas encore et se poursuit le long de la cote rocheuse dans un parc naturel (il y en a quelques uns qui mériteraient de s’y attarder plus longuement).

Nous essayons de prendre la route le plus proche de la cote ce qui offre de beaux panoramas.  Une petite vallée verdoyante sinuant jusqu’à la mer, au sommet d’une colline un de ces ancien moulin, plus ou moins en ruine (sur 2, un en ruine dont il ne restait qu’une tour, l’autre surement restauré avec encore les pales servant à le faire tourner). 

La végétation change entre les terres et le bord mais partout des éclats de vert, des fleurs…

Il y a des petites plages sauvages qui apparaissent et disparaissent sans même avoir eu le temps d’en trouver l’accès au détour de la route.  Un phare encore, balayé par les embruns et un paysage un peu plus rocailleux. Il n y a plus vraiment de falaises ou alors de tout petits bébé falaises. (honte que j’ai de penser et surtout d’ecrire ça)

Les rochers sont partout et comme si on les avaient pilés ou éclatés au marteau piqueur puis remis la… les chiennes s’en donnent à cœur joies

Il semblerait que dans ce pays, la mer n’a jamais fini de vouloir discuter et ne se calme jamais.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :