La consommation

L’article un peu coup de gueule

Consommation: Un mot qui a gardé toujours la même définition mais qui s’applique à de plus en plus de choses.

Triste mot aujourd’hui… de nos jours tout est devenu ‘consommable’, ‘produits’.

Je me souviens, petite, consommation voulait dire aller acheter des bonbons à la boulangerie, faire ses courses dans les commerces du coin, sortir…

Et puis, il y a eu l’arrivée d’internet, ça a commencé à changer.

Au départ, une ‘aubaine’ pour ceux qui ne pouvait pas sortir de chez eux et une ‘méfiance’ aussi pour cette nouveauté. 

Pratique de pouvoir choisir et commander en ligne depuis n’importe où et surtout à n’importe quel moment mais cette nouvelle technologie possède aussi ses limites.

C’est entré petit à petit dans les mœurs au détriment des commerces de proximité.

Vision flagrante de cette évolution, le confinement qui a fait exploser les ventes en lignes et mourir les commerces les plus simples. Les gens désirent tout, tout de suite, n’attendent pas forcement la réouverture des rayons ‘non essentiels’ et commandent toujours plus. Les grands groupes se frottent les mains, les petits commerçants se meurent.

Les pages internet défilent, il faut consommer. ‘Tiens, j’en aurai peut-être besoin un jour’, ‘oh je n’en ai pas besoin mais ça peut être sympa quand même’. Une société qui pousse à acheter en créant des envies, à faire des crédits pour se procurer des biens pas forcément utiles.

Il faut consommer toujours plus et toujours plus vite.

Aujourd’hui allégement du confinement, si l’on peut dire, et réouverture de nombreux commerces jugés à la base comme non essentiel. Tant mieux pour les petits commerçants qui peuvent à nouveau ouvrir leurs portes mais étrange que cela se produise à quelques semaines de Noel non? 

Beaucoup n’ont plus les moyens mais ils achètent quand même. Il suffisait de voir les files d’attente devant les magasins et les bouchons aux abords des zones commerciales… 

Tout est considéré comme ‘matériel’ : produits, animaux, humains…

Un animal acheté en cadeau à Noel ou à un anniversaire et qui malheureusement quelques mois plus tard ira augmenter les quotas déjà saturés des refuges. On achète en se disant que c’est échangeable, remboursable… On se lasse, on l’abandonne sans scrupules.

Même l’Être Humain devient un bien consommable. Les sites de rencontres jouent sur le côté ‘supermarché’, basés sur une simple photo et une biographie succincte, on swipe et on match. L’humain devient un ‘produit’ comme un autre.

Ça ne répond pas, ça ne fonctionne pas, personne ne se donne la peine de prendre le temps ou de se demander pourquoi : NEXT! D’une lâcheté sans nom le plus communément, les applis permettant de supprimer du jour au lendemain les ‘matchs’, sans possibilité qu’ils nous ‘ennuient’ à nouveau et sans raison.

Je ne critique pas ces sites, surement un bon moyen pour beaucoup de rencontrer des gens mais plutôt l’aspect consommable donné à une personne.

Il suffit de regarder un peu les profils : il y a de tout, de la photo normale à celle suggestive, du paysage à la biographie explicite… Des ami(e)s ont fait le test. Et les retours sont qu il y a vraiment des gens qui matchent n’importe quoi, du simple paysage à la photo de nourriture en passant par l’image humoristique ou une citation? Comment savoir qui se cache derrière? 

Vous me direz, que ce soit une photo paraissant normale ou un paysage, cela peut être n’importe qui; internet ouvre la boite de pandore et tout le monde peut se faire passer pour qui il veut ou n’importe quoi mais c’est un autre débat.

Dans la vie de tous les jours l’humain est également un produit, pas uniquement sur les sites. On ne se donne plus de mal, à quoi bon de toutes façons? C’est tellement simple, on se lasse, on supprime et on passe au suivant; on trouvera bien quelqu’un d’autre qui répondra aux ‘critères’.

Je ne fais pas la guerre à la consommation mais plutôt à la frénésie de consommation créée par notre monde, au fait que le respect et les valeurs se perdent peu à peu et que les gens deviennent de plus en plus matérialistes. « Pour être heureux il faut consommer » mais quelle connerie!

Que les façons de consommer évoluent, que les entreprises se diversifient et créent de nouveaux moyens de séduire le client, OK. C’est une évolution normale mais que l’on crée des besoins inutiles et fasse de l’animal ou de l’homme un simple bien matériel consommable…

Si seulement on pouvait consommer de façon intelligente et équitable. Promouvoir les petits commerces, faire vivre sa ville, consommer utile…

Triste société et triste monde.

2 commentaires sur “La consommation

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :